Actualités

🇫🇷 Du sursis pour le chasseur qui a poursuivi et tiré sur un policier en civil

En le prenant pour un cambrioleur, un commerçant de 35 ans a pris en chasse un policier en civil dans la nuit du vendredi 12 au samedi 13 novembre Ă  Chonas-l’Amballan en Isère. Il a Ă©tĂ© condamnĂ© à 18 mois de prison avec sursis par le tribunal judiciaire de Vienne ce lundi après avoir tirĂ© Ă  plusieurs reprises en l’air et vers la voiture du policier.

Le tribunal a insistĂ© sur la gravitĂ© des faits mais en rendant sa dĂ©cision, il a souligné des circonstances très particulières notamment du fait du profil du prĂ©venu. A 35 ans, ce chef d’entreprise Ă  la tĂŞte de plusieurs commerces s’est retrouvĂ© pour la première fois de sa vie devant un tribunal.

Il est passionnĂ© de chasse. C’est justement parce qu’il allait chasser le lendemain avec sa femme que son fusil se trouvait dans sa voiture lorsqu’il se rend devant la boulangerie dont il assure la surveillance après une alerte pour cambriolage, le douzième en quelques temps.

Sur place, il voit le policier faire plusieurs allers-retours et pense qu’il s’agit du voleur qui essaie de rĂ©cupĂ©rer ses complices. A partir ce moment commence ce que le prĂ©venu appelle « une perte de contrĂ´le. » Il tire en l’air « pour lui faire peur » avant de le prendre en chasse en voiture en continuant à tirer avec son fusil vers le vĂ©hicule du policier. Le chef d’entreprise tire au moins sept fois, l’un des tirs touche la voiture qu’il poursuit au niveau du coffre. Cette « scène digne d’un mauvais film » pour l’avocate de la partie civile dure près de 20 minutes.

« Vous mettez des vies en danger pour un cambriolage » finit par lancer la prĂ©sidente du tribunal au prĂ©venu qui semble un peu sonnĂ©. « Oui » reconnaĂ®t le trentenaire, « j’essaie de comprendre moi-mĂŞme. » Et la prĂ©sidente d’enfoncer le clou : « Vous avez de la chance de ne pas ĂŞtre devant une cour d’assises ! »

La procureure quant Ă  elle n’est pas convaincue que le prĂ©venu « se rend compte du danger. » Elle requiert un an de prison sous bracelet Ă©lectronique, 18 mois de sursis, la confiscation des armes de chasse et l’interdiction d’en utiliser pendant 15 ans.

Lire la suite sur francebleu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.