Actualités

🇫🇷 Grippe asiatique de 1957 : des dizaines de milliers de morts oubliĂ©s en France

Tout au long de l’Histoire, la Chine a exportĂ© des maladies mortelles contractĂ©es par manque d’hygiène et par la consommation d’animaux improbables. Connaissiez-vous la grippe asiatique de 1957 qui fit des milliers de morts en France ? (la photo d’illustration a Ă©tĂ© prise dans un hĂ´pital de Suède)

Entre 12 000 et 100 000 morts en France : c’est l’épidĂ©mie du glacial hiver 1957-1958, venue de Chine et largement oubliĂ©e aujourd’hui. L’OMS a en estimĂ© le nombre de morts entre un et quatre millions dans le monde. PlongĂ©e dans les archives.

Alors que le compteur des malades s’affole en Normandie aujourd’hui avec, selon les chiffres de l’ARS publiés jeudi soir, 262 personnes hospitalisées et vingt morts, tandis que les premiers soignants sont tombés au champ de bataille, le contraste est saisissant entre les mesures prises en 2020 comparées à l’absence complète de prise de conscience en 1957, quand une grippe née dans une province chinoise traversait le monde en six mois, faisant entre 1 et 4 millions de morts selon une étude de l’Organisation mondiale de la santé. Cette souche serait survenue lors d’une mutation d’un virus chez des canards sauvages et a été observée pour la première fois à Guizhou, à 600 km de Wuhan.

14 000 morts annoncés dans l’indifférence

Le virus H2N2, s’attaquant en priorité aux personnes de moins de 70 ans et dangereux pour les femmes enceintes et proches de leur terme, a pourtant fait des ravages, mais le journal Paris-Normandie de l’hiver 1957-1958 n’y consacre que quelques lignes. Cette fin de décennie est plus passionnée par les débuts de la conquête spatiale, les crises au sein du monde, l’inflation et la vie chère que par la médecine. Rouen, pourtant, fête l’un de ses héros en la personne de Charles-Nicolle. On commémore le trentenaire de son prix Nobel, reçu en février 1928, avec le lancement d’un timbre à Rouen, une série de conférences sur le célèbre bactériologue, mais pas un mot ou presque sur les dizaines de personnes mortes de la grippe. « La grippe a causé 14 000 morts en France entre octobre en novembre », détaille le 23 décembre 1957 Paris-Normandie dans un entrefilet : ce sera la seule mention dans le quotidien, outre des publicités pour des remèdes au fléau. Le journal cite une étude de l’Insee. Il n’y a aucune estimation des décès en Seine-Maritime mais, si l’on s’en tient à la seule statistique, ils se comptent au moins par centaines.

Pourquoi cette indiffĂ©rence ? La surmortalitĂ© de l’époque Ă©tait d’une part relative et d’autre part, un rĂ©seau de laboratoires de virologie venait de se constituer, mais sa finesse Ă©tait aussi rudimentaire que la virologie de l’époque.

La grippe de Churchill

Un démographe, Roland Pressat, a estimé en 1960 l’impact de cette grippe à 8 629 morts supplémentaires en France, par rapport à une épidémie de grippe « classique ». D’autres estiment que cette grippe a pu faire jusqu’à 100 000 morts en France, mais sans citer de sources fiables.

Sans chiffres fiables, sans rubrique santé non plus, Paris-Normandie, en 1957-1958, a ignoré l’épidémie, l’évoquant de façon allusive en commentant l’état de santé de Churchill, qui avait été touché par le fléau et atteint d’une pneumonie.

Grippe, choléra, variole : les pestes du XIXe siècle

Paradoxalement, des épidémies plus lointaines comme celle de la grippe espagnole de 1918, mais aussi les choléras de 1832 et de 1873, voire les poussées sporadiques de variole, sont bien davantage documentées à Rouen que la grippe de 1957-1958. Justement, la variole, dont la contagiosité a bien des points communs avec le Covid-19, a été au centre des préoccupations médicales de Rouen qui constatait sa réapparition périodique pendant tout le XIXe siècle. Avec un taux de mortalité de l’ordre de 20 %, tous âges et conditions confondus, le virus était bien plus mortel que celui qu’affronte Rouen aujourd’hui. Une première « éruption variolique » fit 3 097 morts en 1865 soit 3 % de la population de Rouen, mais c’est aussi en plein dans les tourments de la guerre de 1870, quand les Prussiens ont occupé Rouen, que la situation s’emballe, selon le médecin en chef chargé à Rouen des épidémies à l’époque, Jules Bouteiller. Dans son livre Des épidémies de variole, il recense 1 255 décès dus au virus entre novembre et mai 1870, touchant essentiellement les enfants et les quadragénaires. Il estime le taux de mortalité à 17 % et le nombre de personnes infectées à Rouen à 7 388. Les vaccins, pourtant en circulation depuis 1804, sont sans effet. Visionnaire, il préconise des mesures de police sanitaire qui sont très proches de ce que nous vivons aujourd’hui : isolement des malades à domicile si c’est possible, dans des services médicaux dédiés si nécessaire, limitation des déplacements entre les communes pour éviter l’effet domino des contaminations, surveillance des promenades «   inutiles. Ce serait une quarantaine d’un nouveau genre   », écrit le médecin en 1872. Autre mesure, déjà connue lors des épisodes de choléra et de variole antérieurs : la non-exécution des peines correctionnelles pour éviter de faire des lieux d’enfermement des foyers d’infection.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.