Actualités

#Italie 🇮🇹 Après l’agression violente d’un policier par des Nigérians, les responsables politiques envisagent de mettre l’armée dans les trains

« Des militaires dans les trains ? Il faut faire quelque chose, nous ne pouvons pas continuer de cette manière « . Le prĂ©sident de la rĂ©gion, Attilio Fontana, n’a pas exclu l’utilisation de cette solution après l’agression qui s’est produite Ă  bord.

Dimanche après-midi, sur la ligne Milan-Lecco, un policier a Ă©tĂ© frappĂ© par un groupe de dix NigĂ©rians après ĂŞtre intervenu pour aider le contrĂ´leur qui se trouvait en difficultĂ© alors qu’il contrĂ´lait le billet de l’un des jeunes Ă©trangers.

Le nouvel Ă©pisode a encore une fois mis en Ă©vidence le manque de sĂ©curitĂ© des travailleurs des chemins de fer et des voyageurs, un problème dont les routes de Bergame ne sont pas Ă  l’abri.

InterrogĂ© Ă  ce sujet, le prĂ©sident de la RĂ©gion a rĂ©itĂ©rĂ©: « Nous Ă©valuons la proposition de mettre l’armĂ©e dans les trains. La situation est dangereuse pour les citoyens, pour les voyageurs, pour les contrĂ´leurs et en gĂ©nĂ©ral pour ceux qui travaillent dans ce secteur. Â»

« Nous sommes des réfugiés, vous ne pouvez rien faire. »

C’est en effet ce qu’auraient dĂ©clarĂ© les NigĂ©riens selon la reconstitution des tĂ©moins et du policier. Une phrase emblĂ©matique qui souligne le sentiment d’impunité dont pensent bĂ©nĂ©ficier les rĂ©fugiĂ©s accueillis en Italie. (…)

Source 1 Source 2 traduction lesobservateurs.ch


En savoir plus sur Notre Quotidien

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *