Actualités

L’Autriche simule une gestion de crise de migrants à sa frontière

Plusieurs centaines de policiers et soldats autrichiens ont simulé aujourd’hui un exercice de contrôle des frontières au point de passage avec la Slovénie par lequel des milliers de migrants avaient transité en 2015, une initiative de Vienne qui défend un durcissement de la politique migratoire européenne.

En début de matinée, plus de 500 policiers et 220 soldats ont pris position au poste frontière de Spielfeld (sud), porte d’entrée en Autriche à la frontière slovène, pour tester différents scénarios de gestion d’un éventuel afflux de demandeurs d’asile, a constaté un correspondant de l’AFP. Du matériel militaire, dont deux hélicoptères « Black Hawks », ont également été mobilisés.

Des élèves policiers figuraient des migrants postés derrière des grilles et demandant l’ouverture des frontières. « Un Etat, qui le cas échéant ne peut pas protéger ses frontières de manière effective, perd sa crédibilité », a indiqué sur place le ministre de l’Intérieur Herbert Kickl, maître d’oeuvre de cet exercice avec son collègue de la Défense Mario Kunasek.

Les deux ministres du parti d’extrême droite FPÖ sont membres de la coalition gouvernementale dirigée par le chancelier conservateur Sebastian Kurz. Le gouvernement autrichien plaide pour une politique migratoire européenne plus restrictive passant notamment par un renforcement de la protection des frontières extérieures de l’UE.

Une nouvelle « unité de protection des frontières » a été étrennée mardi à Spielfeld par le ministère de l’Intérieur. Baptisée « Puma », cette unité de quelque 600 policiers a pour vocation d’être déployée en 24h00 pour « sécuriser un passage frontalier » en cas d’afflux de migrants, avait expliqué M. Kickl.

Plusieurs milliers de migrants avaient transité par Spielfeld durant l’été 2015, lorsque les frontières s’étaient temporairement ouvertes le long de la « route des Balkans » vers le nord et l’ouest de l’Europe. Les arrivées de demandeurs d’asile par ce poste frontière sont actuellement quasi nulles, selon la police locale.

Le chancelier autrichien avait agité la semaine dernière le spectre d’une « catastrophe » migratoire « semblable à celle de 2015 » si l’UE ne parvient pas à élaborer une réponse commune dans ce dossier qui divise les Etats membres.

Source : Le Figaro


En savoir plus sur Notre Quotidien

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *