Actualités

🇷🇺 « Nous ne donnons pas l’asile aux Syriens ! La guerre est finie, alors rentre chez toi ! ».

La Russie n’accueille pas facilement les demandeurs d’asile. Pour obtenir le statut de réfugié ou l’asile temporaire, les demandeurs devront franchir un véritable parcours du combattant bureaucratique – et le succès n’est jamais garanti. Voici l’histoire d’un homme qui, après d’intenses efforts, a finalement dû quitter la Russie.  (…)

« Une fois, je suis venu avec une barbe et ils m’ont demandĂ© de la raser. Quel est le problème avec ma barbe ?!, se souvient Ahmad avec ressentiment. J’ai vu des Russes avec une barbe plus longue que la mienne… mĂŞme LĂ©nine avait une barbe, après tout ! Une autre fois, ils viennent nous dire : « Vous serez au bout de la file, nous nous occuperons d’abord des Ukrainiens ». Je pense qu’ils utilisaient toutes les excuses possibles pour retarder les nĂ©gociations avec moi Â».

Pendant environ un an, Ahmad a fait appel du verdict devant différents tribunaux, mais a été débouté. Beaucoup de Syriens cherchant l’asile (ou essayant de le prolonger) en Russie ont vécu la même expérience. Par exemple, en juin 2018, la Cour suprême de Russie a refusé de traiter les plaintes de dix citoyens syriens qui s’étaient vu refuser la prolongation de leur asile.

« Les Ă©vĂ©nements se dĂ©roulant sur le sol syrien peuvent ĂŞtre qualifiĂ©s d’opĂ©ration antiterroriste, et non de guerre Ă  grande Ă©chelle avec une ligne de front prononcĂ©e Â». Ainsi, ĂŞtre en Syrie ne met pas en danger la vie des gens, a rapportĂ© Kommersant citant le verdict. (Russia Beyond a demandĂ© au ministère russe de l’IntĂ©rieur, en charge des demandeurs d’asile, de nous fournir un commentaire sur la politique en matière de rĂ©fugiĂ©s en Russie, mais n’a pas obtenu de rĂ©ponse).

Essentiellement, cela signifie que les Syriens ne sont plus acceptĂ©s en Russie, conclut Evgueni Yastrebov. « Une fois, j’ai entendu un responsable du centre d’immigration crier dans le hall : « Nous ne donnons pas l’asile aux Syriens ! La guerre est finie, alors rentre chez toi ! ». Sans mĂŞme regarder le cas de chacun Â».

ReyniĂ© : « On a une asymĂ©trie totale entre le climat, sujet reconnu dans sa gravitĂ©, et l’immigration, sujet tout aussi important mais frappĂ© d’indignité »

via fdesouche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.