Actualités

🇫🇷 Paris : un Nigérian menace des policiers avec un couteau avant de tenter un suicide par procuration

Un comportement initialement observĂ© aux États-Unis sous le terme de «suicide by cop», qui consiste Ă  menacer les forces de l’ordre dans le but de se faire abattre.

Mardi 17 mai en dĂ©but de soirĂ©e, deux gardiens de la paix ont interpellĂ© un individu armĂ© d’un couteau gare de l’Est, dans le 10e arrondissement de Paris. Ă‚gĂ© de 25 ans, cet homme d’origine nigĂ©riane en situation irrĂ©gulière sur le sol français voulait visiblement mettre fin Ă  ses jours selon la mĂ©thode du «suicide by cop» ou «suicide par policier interposé», apprend-on ce jeudi de source policière. Un comportement qui consiste Ă  menacer les forces de l’ordre dans le but de se faire abattre.

Tout commence aux alentours de 20h, lorsqu’un employĂ© du McDonald’s implantĂ© dans le hall Saint-Martin se prĂ©sente au poste de police de la gare. Le restaurateur vient signaler la prĂ©sence d’un individu muni d’un couteau. Ce dernier aurait notamment menacĂ© un employĂ© du fast-food en lui mimant un signe d’Ă©gorgement avec son arme. Deux policiers se rendent immĂ©diatement sur place et tombent nez Ă  nez avec l’agresseur. Particulièrement agitĂ©, l’homme s’attaque Ă  un agent de sĂ©curitĂ© de la gare. Il progresse dans sa direction, le couteau Ă  la main.

Les gardiens de la paix dĂ©gainent alors leur arme de service, et le somment Ă  plusieurs reprises de poser son arme. Loin de se rendre, celui-ci les menace avec son couteau de manière «hostile» – comme l’indiqueront les deux agents dans leur procès-verbal que nous nous sommes procurĂ©. «You can shoot me ! [Vous pouvez m’abattre !]», «Shoot me ! [Tuez-moi !]», va-t-il jusqu’Ă  implorer, espĂ©rant que les policiers ouvrent le feu dans sa direction.

Après un court moment de flottement, et tandis que les policiers lui enjoignent toujours de dĂ©poser son arme, le forcenĂ© recule et progresse dans la gare, en direction des quais. Il finit mĂŞme par tourner le dos aux agents, qui, aussitĂ´t, fondent sur lui. L’un d’eux le ceinture par l’arrière et le plaque au sol. Dans sa chute, l’homme lâche son couteau qui est rĂ©cupĂ©rĂ© par le deuxième agent. MenottĂ© et interpellĂ©, le forcenĂ© est conduit au commissariat pour ĂŞtre entendu par un officier de police judiciaire dans le cadre de son placement en garde Ă  vue. ExaminĂ© par un mĂ©decin, il est jugĂ© apte Ă  ĂŞtre entendu. Son audition Ă©tait toujours en cours ce mercredi Ă  la mi-journĂ©e. Les deux gardiens de la paix ont dĂ©posĂ© plainte, tout comme l’agent de sĂ©curitĂ© menacĂ©. (…)

lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.