Actualités

Dans les stades et les centres commerciaux, les vigiles imposent leur loi aux policiers

Un agent de sécurité peut interdire l’accès à un lieu privé accueillant du public à tout membre des forces de l’ordre armé et hors service. Même après la tuerie de Trèbes… Gérard Collomb changera-t-il les textes?

«Vigile contre policier, c’est le vigile qui gagne!» L’incompréhension gagne les rangs policiers en matière de lutte antiterroriste. Surtout après la tuerie dans le Super U de Trèbes, dans l’Aude, le 23 mars dernier. Aussi surprenant que cela puisse paraître, un policier ou un gendarme qui entre avec son arme de service dans un centre commercial ou dans tout lieu privé accueillant du public peut s’en voir interdire l’accès par un simple agent de sécurité.

Comment cela se peut-il, alors que la France est censée être «en guerre» contre le djihadisme? Un texte n’a-t-il pas été promulgué après les attentats de 2015 pour permettre aux forces de l’ordre de porter leurs armes, même en dehors des heures de service, en tout lieu public, pour pouvoir intervenir sur le champ, en cas d’attaque terroriste ?

Lire la suite sur Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *