Actualités

Sentiment de famine : "Les supermarchés seraient remplis si les gens ne mangeaient pas autant" explique l'ancien vice-président du Venezuela

Dictature socialiste. L’ancien vice-président du Venezuela, Elias Jaua, a déclaré ce week-end que les supermarchés épuisés du pays seraient pleins de nourriture si les gens ne mangeaient pas autant.
Dans un discours télévisé, M. Jaua a déclaré que, bien que la crise de la malnutrition vénézuélienne soit un « problème d’actualité », elle n’avait « aucunement affecté le droit fondamental des populations à accéder à la nourriture ».
« Une demande croissante et les possibilités d’acquérir de la nourriture par le peuple vénézuélien sont ce qui a présenté un grand défi pour notre pays de produire de plus en plus de nourriture tous les jours », a-t-il déclaré. « Si le peuple vénézuélien ne mange pas, les étagères seront assurément pleines. »
« Dieu merci, il y a une révolution bolivarienne et notre peuple a le droit de manger de la viande, du poulet, du lait, qu’ils n’avaient pas il y a dix ou 14 ans », a-t-il affirmé.
Les commentaires de Jaua font partie d’un grand nombre de déclarations du régime du dictateur Nicolás Maduro, qui préside actuellement la pire crise politique, économique et humanitaire de l’histoire du pays.
Au milieu d’un effondrement total de la valeur de la monnaie bolivar, des millions de Vénézuéliens souffrent maintenant des effets de la malnutrition en raison de la rareté et de l’inaccessibilité de la plupart des produits alimentaires. Les supermarchés, dont un grand nombre appartiennent au gouvernement, ont pour la plupart des étagères vides car même les fournisseurs ne supportent pas les coûts d’importation de l’étranger.

Le vénézuélien moyen a perdu 11 kg

Selon l’enquête annuelle sur les normes de vie vénézuélienne publiée en février, environ 60% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles se sont réveillées le matin en raison du manque de nourriture, tandis que le vénézuélien moyen a perdu 11 kg (24 lbs). 90% vivent maintenant dans la pauvreté.
Une étude récente menée par trois grandes universités vénézuéliennes a également révélé qu’environ 2,9 millions d’enfants manquent régulièrement d’école en raison d’un manque de nourriture ou d’autres problèmes tels que le manque d’eau, de transport ou d’électricité.

« Un sentiment de famine »

Le régime de Maduro a nié à plusieurs reprises l’existence de la famine à travers le pays. L’année dernière, l’ancien ministre des affaires étrangères, Delcy Rodriguez, a affirmé: «Il n’y a pas de famine au Venezuela. Il n’y a que volonté. Il n’y a pas de crise humanitaire au Venezuela… seulement de l’amour.  »
Une solution proposée par le gouvernement était l’introduction de l’élevage de lapins. Le ministre de l’Agriculture urbaine Freddy Bernal a appelé Maduro à lancer une campagne pour changer les attitudes des gens envers les lapins, où au lieu de les voir comme animaux de compagnie, ils les considèrent comme «deux kilos et demi de viande consommable».
Lire la suite sur : Breitbart

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *