Actualités

🇫🇷 Face Ă  l’effondrement de la foi chrĂ©tienne, les Ă©glises vides sont transformĂ©es en commerces : cave Ă  vin, discothèque, hĂ´tel restaurant…

Chaque annĂ©e en France, une quinzaine d’églises sont mises en vente et font l’objet d’un « dĂ©cret d’exĂ©cration Â».

Une cave Ă  vin Ă  Meaux, une discothèque Ă  Angers, ou encore un hĂ´tel restaurant Ă  Rouen. En France, de plus en plus d’Ă©glises sont transformĂ©es en commerces. Depuis la loi de 1905, qui a consacrĂ© la sĂ©paration des Eglises et de l’Etat, la plupart des Ă©difices religieux appartiennent aux communes ou Ă  l’Etat. Faute de pratiquants, de plus en plus d’Ă©glises se retrouvent vides ou Ă  l’abandon, et ça peut vite coĂ»ter cher Ă  la ville.

« Les petites communes ont de moins en moins d’argent. Entre rĂ©parer le toit d’une Ă©cole et celui d’une Ă©glise, le choix est vite fait. Â», nous explique Claire Danieli, responsable de l’inventaire Ă  l’Observatoire du patrimoine religieux.

Une quinzaine d’Ă©glises mises en vente chaque annĂ©e

RĂ©sultat, une quinzaine d’entre elles sont chaque annĂ©e mises en vente, et font l’objet d’un « dĂ©cret d’exĂ©cration Â». Pour faire simple : elles sont dĂ©sacralisĂ©es. Pour cela, la mairie doit faire constater le non-exercice du culte pendant au moins un an. L’Ă©vĂŞque doit ensuite procĂ©der Ă  la dĂ©sacralisation du bâtiment par une cĂ©rĂ©monie. L’autel et l’Ă©glise sont vidĂ©s de leurs reliques et objets sacrĂ©s. L’Ă©glise peut maintenant ĂŞtre vendue et transformĂ©e.

« Ce n’est jamais de gaietĂ© de cĹ“ur qu’une l’Ă©glise soit dĂ©saffectĂ©e mais la meilleure façon de faire vivre des Ă©glises c’est de les frĂ©quenter.», raconte Fabrice Madouas, directeur de la communication du diocèse de Rouen.

A Rouen, bientĂ´t une brasserie et un espace de co-working

RĂ©cemment Ă  Rouen, la ville a lancĂ© un appel Ă  projets pour offrir une seconde vie Ă  quatre Ă©glises et prĂ©server son patrimoine. Trois projets de transformation ont Ă©tĂ© retenus : un hĂ´tel restaurant, une brasserie et un espace de co-working.

«A Rouen nous avons un patrimoine très important avec beaucoup d’Ă©glises et ça coĂ»te très cher Â», raconte Christine Rambaud, adjointe au maire de Rouen, chargĂ©e de l’Urbanisme. «L’idĂ©e de cet appel Ă  projet n’Ă©tait pas de vendre au plus offrant, loin de lĂ , mais de faire appel Ă  des porteurs de projets privĂ©s qui puissent restaurer ces Ă©glises. Â»

Magasin, hĂ´tel, centre culturel, restaurant. Tout est possible. Mais certaines transformations atypiques suscitent bien des rĂ©actions. C’est notamment le cas Ă  Angers, oĂą une Ă©glise est devenue une discothèque.

Selon Maxime Cummunel, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’Observatoire du patrimoine religieux « Quand on transforme une Ă©glise en centre culturel les gens ne sont pas choquĂ©s. En revanche, quand c’est un fast food ou une discothèque, les gens sont assez choquĂ©s. Ce n’est pas la mĂŞme charge Ă©motionnelle. Â»

Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.