Actualités

#Italie 🇮🇹 Le président nomme un ancien du FMI pour diriger un gouvernement de transition, au mépris de la décision populaire

Carlo Cottarelli a Ă©tĂ© dĂ©signĂ© par le prĂ©sident italien Sergio Mattarella pour prendre l’Italie en main.

«Je me prĂ©senterai au Parlement avec un programme qui, si j’obtiens la confiance, inclura le vote du budget 2019. Ensuite, le Parlement sera dissous, avec des Ă©lections dĂ©but 2019», mais sans la confiance les Ă©lections se dĂ©rouleront «après le mois d’aoĂ»t», a dit Carlo Cottarelli, nouveau prĂ©sident du Conseil, Ă  la presse Ă  l’issue de son entretien avec Sergio Mattarella. (AFP)

Dans un revers cinglant de la situation dont l’Italie a le secret, le prĂ©sident de la RĂ©publique italienne Sergio Mattarella, qui n’est lĂ  que pour inaugurer les chrysanthèmes, a mis son veto Ă  la nomination du Premier Ministre choisi en commun par 5Ă©toiles, la Ligue et le parti de Berlusconi, qui, je le rappelle, a eux trois ont recueilli 70% des voix anti-europĂ©ennes.

Cela s’est passĂ© ce week-end, et, devinez ce qui va se passer ?

Les Italiens n’ont eu qu’un seul tort, voter contre l’Europe.

Les journaux payĂ©s par Bruxelles vous expliquent que c’est parce que le CV du juriste Giuseppe Conte (professeur de droit Ă  Florence) a Ă©tĂ© bidonnĂ©. Et surtout parce que la Lega et 5Ă©toiles voulaient comme Ministre de l’Economie Paolo Savona, âgĂ© de…81 ans, Ă©conomiste ennemi fĂ©roce de la monnaie unique euro…

Et bien Ă©videmment, les Italiens voient tout cela comme une immense trahison de leur vote et un viol du peu de dĂ©mocratie que l’Union EuropĂ©enne leur a laissĂ©e.

En clair, voici une situation politique EXPLOSIVE !!!!

Bien Ă©videmment, vous pouvez voir la main « invisible » de Bruxelles sur cette affaire puisque les Italiens vont ĂŞtre obligĂ©s de… revoter.

… !!!

Luigi Di Maio, patron du mouvement 5 Ă©toiles, a mĂŞme demandĂ© devant toutes les camĂ©ras de tĂ©lĂ©vision Ă  ce que le prĂ©sident Mattarella soit dĂ©stituĂ© de son poste, Ă©tant donnĂ© qu’il a balayĂ© d’un revers de main le vote de tous les Italiens. « On a maintenant une crise institutionnelle d’une ampleur inĂ©gale Ă  cause de lui, et pour cela il devrait ĂŞtre traduit devant un tribunal. Je suis fou de rage… vous n’avez aucune idĂ©e de ce qu’il vient de faire, dĂ©truire 80 jours de travail intense pour donner un vrai gouvernement Ă  l’Italie« .

Les anti-populistes en revanche se frottent les mains: « Le président Mattarella semble profiter, lui aussi, de l’occasion pour obtenir un nouveau délai, ainsi que des garanties supplémentaires pour que les portefeuilles des affaires étrangères et de l’Europe reviennent à des figures pro-européennes » peut-on lire dans Le Monde par exemple.

En attendant, cette nuit, le prĂ©sident de la RĂ©publique Mattarella (pro-europĂ©en Ă©videmment) a dĂ©cidĂ© de former son propre gouvernement en attendant les nouvelles Ă©lections (ce qui veut dire a priori que quel que soit la proposition, il y mettra son veto). Et devinez qui est pressenti ministre de l’Economie ? Un ancien fonctionnaire du… FMI et de la Banque Centrale italienne, Carlo Cottarelli (lien) !!! Lire aussi le NYT ici.

Vous voyez ? Les fascistes de Bruxelles, comme je vous l’avais annoncĂ©, n’ont pas l’intention de laisser les Italiens choisir leurs dirigeants comme ils le veulent.

PS: Ă  ce propos, en rĂ©fĂ©rence Ă  mon papier de lundi dernier, vous avez vu que les taux d’intĂ©rĂŞt des bons du TrĂ©sor italiens ont explosĂ©, ainsi que les CDS.

PS2: la seule bonne nouvelle (si j’ose dire) c’est que cela me donnera l’occasion de retourner Ă  Rome pour couvrir les nouvelles Ă©lections.

PS3: la rĂ©action de Nicolas Dupont-Aignan n’a pas tardĂ©: « ?Soutien au peuple italien contre un coup de force antidĂ©mocratique. En refusant de nommer Paolo Savona comme ministre de l’Economie, le PrĂ©sident italien Sergio Mattarella a dĂ©liberement choisi de saboter un gouvernement Ă©lu par le peuple. Il s’agit d’un coup de force inacceptable contre la dĂ©mocratie en Italie.

Rappelons que le PrĂ©sident actuel avait Ă©tĂ© dĂ©signĂ© non par les Italiens mais par l’ancienne majoritĂ© parlementaire du Parti DĂ©mocrate laminĂ©e aux Ă©lections. Il n’a aucune lĂ©gitimitĂ© pour bloquer un ministre issu de la nouvelle majoritĂ©. En vĂ©ritĂ©, M. Savona et ce gouvernement critiquent la pensĂ©e unique pro-Union EuropĂ©nne et dĂ©rangent ceux qui ont ruinĂ© l’Italie. Ces nouveaux dirigeants Ă©lus veulent s’opposer frontalement aux politiques stupides qui ont conduit l’Italie dans le mur.

Une fois encore, l’Union EuropĂ©enne et les chiens de garde du système bafouent le vote libres des citoyens ! Ils affirment constamment leur mĂ©pris de la dĂ©mocratie. Les « puissants » ne respectent le vote des citoyens que lorsqu’il valide leur propre programme ! Les vrais dĂ©mocrates et rĂ©publicains comme DLF soutiendront toujours la seule lĂ©gitimitĂ© qui vaille : le vote du peuple. Plus que jamais nous apportons notre solidaritĂ© au choix dĂ©mocratique des Italiens face Ă  cette manipulation.« 

PS4: Dans son article « Juncker’s ‘torture tools’ are useless against Italy’s well-armed uprising » Ambrose Evans-Prichard rappelle dans le Telegraph de Londres les propos de Juncker: « dans notre cave Ă  Bruxelles nous avons des instruments de torture pour les pays rĂ©calcitrants« … A lire avec attention, le lien est ici. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2018

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *