Actualités

Sang, excréments, violences… le syndicat de la prison de Seysses prévient : «Rien ne s’arrangera»

Le quotidien sordide des gardiens de la maison d’arrêt de Seysses près de Toulouse est détaillé dans un communiqué du syndicat pénitentiaire UFAP-Unsa, qui alerte sur la détérioration des conditions de travail de la profession.

Une journée en enfer à la maison d’arrêt de Seysses, en grande banlieue de Toulouse : le syndicat pénitentiaire UFAP-Unsa Justice tire le signal d’alarme dans un communiqué décrivant simplement la journée du 26 juin du point de vue des gardiens.

Ce journal de bord, digne d’une fiction américaine, commence ainsi : «Ce mardi matin, dès 8h, un détenu […] décide d’exprimer son mécontentement […] en sortant une lame de sa bouche, menace le personnel et se taillade devant eux pour leur prouver sa détermination. Une équipe d’intervention […] parvient à [le] maîtriser […] mais au prix de multiples coups de pied, coups de tête et tentatives de coups de lame. […] L’un d’entre eux est atteint par des projections de sang et est amené à l’hôpital pour application du protocole.»

Mais la journée ne fait que commencer et le spectacle continue au centre de détention : «Peu de temps après […] un détenu, lors d’une activité « terre-peinture » ajoute une option « théâtre-art moderne » en se recouvrant le corps de peinture et en écrivant sur son support papier : « laissez-moi crever, bande de chiens » […] il est amené selon sa propre volonté au quartier disciplinaire où les agents […] veillent à ce qu’il ne tente de jouer avec sa vie. Au lieu de ça, celui-ci décide de poursuivre son activité « terre-peinture » en badigeonnant sa cellule et sa propre personne d’excréments…»

Source


En savoir plus sur Notre Quotidien

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *