Actualités

🇫🇷 La police met la main sur plus de 70 kg de cannabis et 20 000€ en liquide à Toulouse

Grâce Ă  une alerte du voisinage, les policiers toulousains ont mis la main sur plus de 60 kg de rĂ©sine, 15 kg d’herbe et de la cocaĂŻne !

Depuis plusieurs semaines, les habitants du secteur de Saint-Martin-du-Touch, Ă  Toulouse,se plaignent de ressentir l’odeur de cannabis dans l’air sans trouver de solution. Quelques jours après, lassĂ©s par la situation, les riverains prĂ©viennent la police nationale. Et c’est la brigade spĂ©cialisĂ©e de terrain de l’ouest qui se rend sur place. Après une première enquĂŞte de terrain, les fonctionnaires reviennent le lendemain. Cette fois, ils se dirigent directement vers un logement situĂ© dans la rue. Cet appartement est louĂ© par deux femmes de 19 et 32 ans via la plateforme Airbnb. Bingo. Ă€ l’intĂ©rieur, les forces de l’ordre mettent la main sur 7,5 kg de rĂ©sine de cannabis ainsi que 50g de cocaĂŻne, 15g d’herbe de cannabis et 8000€ en espèce. Les deux locataires sont apprĂ©hendĂ©es.

Pendant cette opĂ©ration, des policiers restĂ©s dans le secteur pour surveiller la zone remarquent une Renault Clio suspecte. La plaque d’immatriculation n’est pas conforme et le conducteur passe plusieurs fois devant l’appartement. Par prĂ©caution, les Ă©quipes de l’UnitĂ© stupĂ©fiant et Ă©conomie souterraine (USES) de la rive gauche et la brigade anticriminalitĂ© contrĂ´lent le conducteur et les deux passagers. Les deux jeunes hommes de 19 ans et l’adolescent de 16 ans semblent en règle. Mais la clĂ© d’une Ford, cachĂ©e à l’intĂ©rieur de la Renault Clio, intrigue les forces de l’ordre. Les policiers  la rĂ©cupèrent et demandent aux trois individus de les conduire jusqu’Ă  cette voiture. Par chance, la Ford est justement stationnĂ©e au pied de l’immeuble. Et elle est remplie de produits stupĂ©fiants. Dans le coffre, plus de 50 kg de rĂ©sine, 450g de cocaĂŻne et 12 000 € en espèces. Les trois jeunes sont Ă  leur tour acheminĂ©s jusqu’au commissariat pour ĂŞtre interrogĂ©s. Lors des auditions, les deux femmes avouent consommer rĂ©gulièrement du cannabis. Lorsque les trafiquants leur ont proposĂ© de gagner de l’argent en louant ce logement Ă  leurs noms, elles ont acceptĂ© immĂ©diatement. Mais, selon leurs dires, ne se doutaient absolument pas que les lieux servait de stockage pour de la drogue. Faute de preuve, elles ont Ă©tĂ© relâchĂ©es au contraire des trois autres hommes. Eux sont placĂ©s en dĂ©tention provisoire. Le dossier est dĂ©sormais entre les mains d’un juge d’instruction.

ladepeche.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.