Actualités

Une nouvelle étude d'ADN révèle que les anciens Égyptiens tiennent plus des Blancs européens que des Africains noirs

Traduction du Dailymail.co.uk
La première analyse complète du génome des anciens Égyptiens montre qu’ils étaient plus européens qu’africains.
Les scientifiques ont analysé l’ADN ancien de momies égyptiennes datant de 1400 av. J.-C. à 400 ap. J.-C. et ont découvert qu’ils partageaient des gènes avec des gens de la Méditerranée.
Ils ont trouvé que les anciens Égyptiens étaient étroitement liés aux anciennes populations du Levant – aujourd’hui la Turquie, la Syrie, la Jordanie, Israël et le Liban.
(⚠ les Portugais seraient davantage proches des Phéniciens que les Libanais actuels)
Ils étaient également génétiquement semblables aux populations néolithiques de la péninsule anatolienne et en Europe. Pour faire simple, les Égyptiens étaient liés aux Romains et aux Grecs.

Les Égyptiens modernes sont en réalité des envahisseurs arabes qui partagent plus d’ascendance avec les Africains subsahariens que les anciens Égyptiens

L’étude révolutionnaire a utilisé les progrès récents dans les techniques de séquençage de l’ADN pour entreprendre un examen plus approfondi de la génétique de la momie que jamais auparavant.
L’étude, publiée dans Nature Communications, a révélé que les Égyptiens modernes, qui ne sont en réalité que des envahisseurs arabes, partagent plus d’ascendance avec les Africains subsahariens que les anciens Égyptiens.
Les données montrent que les Égyptiens modernes partagent environ 8% de plus d’ascendance sur le plan nucléaire avec les populations de l’Afrique subsaharienne qu’avec les anciens Égyptiens.
L’Egypte est un endroit prometteur pour l’étude des populations anciennes car c’était un centre commercial mondial.
C’est probablement la raison pour laquelle les anciens Égyptiens possédaient un patrimoine génétique si diversifié, ont déclaré les auteurs de l’Université de Tuebingen et de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire de l’humanité à Iéna.
« L’histoire de la population égyptienne est complexe car elle se trouve à l’entrée de l’Afrique et a connu beaucoup de changements historiques », a déclaré Max Planck, directeur de la Science de l’histoire humaine et auteur principal de l’étude, Johannes Krause. .
L’Egypte ancienne dans le 1 millénaire avant JC avait été dominée par de nombreuses puissances étrangères.
La recherche de l’équipe consistait à démêler l’histoire génétique des Égyptiens en comparant des échantillons d’ADN prélevés sur des autochtones modernes et anciens.
Les chercheurs cherchaient à établir une base de données génétique exhaustive pour étudier le passé ancien de l’Egypte pour la première fois.
« On a beaucoup débattu de la question de savoir si les dominations étrangères comme les Assyriens, les Nubiens, les Grecs ou les Romains modifiaient le patrimoine génétique de l’Europe ancienne, les rendant plus ou moins africains », a déclaré le professeur Krause à MailOnline.
«Nous voulions tester cela et nous avons trouvé qu’il y avait une continuité génétique entre l’ancien empire et la période romaine.

Une nouvelle analyse de l’ADN des anciens Egyptiens montre qu’ils étaient plus turcs et européens qu’africains (ndlr : la momie de Ramsès II a les cheveux roux et non teints). Cette image montre le sarcophage de Tadja, Abusir el-Meleq, l’une des momies dont l’ADN a été analysé dans la nouvelle étude.

Carte de l’Egypte, montrant le site archéologique d’Abousir-el Meleq (X orange), à partir duquel les momies anciennes ont été prises, et l’emplacement des échantillons égyptiens modernes utilisés dans l’étude (cercles orange).

 

Comment l’étude a-t-elle été faite
L’ADN humain momifié est normalement difficile à étudier en raison du traitement chimique des corps avant la momification, et en raison de l’environnement chaud dans lequel ils sont conservés.
Mais les nouvelles techniques génétiques utilisées par l’équipe leur ont permis d’étudier l’ADN momifié plus en détail que jamais auparavant.
L’équipe a échantillonné 151 individus momifiés sur le site archéologique d’Abousir el-Meleq, le long du Nil en Moyenne Egypte.
Au total, les auteurs ont récupéré des génomes mitochondriaux de 90 individus et des ensembles de données génomiques de trois individus.
Les échantillons à l’échelle du génome sont les premiers prélevés sur des restes momifiés.
L’équipe a comparé cet ADN égyptien ancien à des échantillons de génome d’Egyptiens modernes pour analyser les différences de constitution génétique.
«Cependant, au cours des 1 500 dernières années, l’Égypte est devenue plus génétiquement africaine, alors que les anciens Egyptiens ne montraient presque aucune ascendance en Afrique subsaharienne et une forte affinité avec les populations de l’ancient Proche-Orient et d’Europe.
Source : Dailymail.co.uk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *